Blog

Fév 19th

Semaine 1: les critiques culinaires et de design

Posted by with 7 Comments

OUF!

Incroyable, j’ai travaillé environ 83-84 heures cette semaine environ, mais ça n’a pas paru du tout sur le coup.  Aujourd’hui dimanche, la fatigue m’est rentré dedans big time!  Mes jambes sont vraiment pas contentes et je pense que j’ai perdu 5 livres tellement que j’ai pas eu le temps de manger (paradoxal, pour une cuisinière), mais bon, je n’ai jamais été aussi heureuse.  Au moins, ça compense énormément!

Il est arrivé des affaires cette semaine, ouh la!

Première journée, premier midi, presque les premiers clients: une madame aux cheveux grichous bourgognes m’a dit que je n’aurai pas de succès parce que je ne suis pas un fast food, que la soupe du Costco est meilleure que la mienne et je n’ai pas de petite touche spéciale comme biiiiiiiiiiip (je tais le nom du restaurant, mais disons que c’est le genre de place où il font un menu table d’hôte le midi dans le genre « soupe poulet et nouilles, penne sauce tomate, café » pour 4,95$, vous voyez le genre) et son ami a réitéré « votre nourriture est dégueulasse! ».  Je les ai envoyé paître, je leur ai sommé de partir et de ne plus jamais revenir et de regarder le menu affiché devant les restaurants avant de rentrer et commander un club sandwich out of the blue (j’en sers même pas).  Des gens comme ça devraient porter une petite capine multicolore avec une hélice sur le top, pour qu’on sache bien qu’ils sont fous et qu’il ne faut pas vraiment les prendre au sérieux.  Un client assis au bar qui a assisté à toute la scène a tenu à me réconforter en me disant qu’ils n’avaient pas rapport et qu’il s’était régalé et qu’il allait revenir. Et toc, la sorcière.  Y’a eu du monde du genre de la madame qui est entrée en coup de vent, a hurlé à ma serveuse « Une frite take-out! », s’est engouffrée dans la salle de bain: elle ne s’était même pas rendue compte que ce n’était pu le Vénus (l’ancien restaurant occupant cet endroit), ni le même décor, ni la même odeur (là je suis insultée).  Quand elle est ressortie, on lui a expliqué un peu abasourdis que le fast-food du coin Fleury/Meunier était mort.  Elle est repartie sans sa frite.

Je comprends que Le Chien Rose est mon premier restaurant et que j’ai décidé de faire ça très public, très humain.  Je crois que c’est pour ça que presque tout le monde viennent me dire leurs opinions, mais sur tout, tout, tout.  En dix années de restauration, c’est la première fois que je vois ça.  J’ai déjà reçu des critiques, des commentaires, mais autant en si peu de temps et tellement pointus, c’est une première!  Ça va du « c’était malade j’ai liché mon assiette » au « manquait de sel » en parlant de la même assiette au « ton pain est fucking bon, tu le prends où? (La Bête à Pain) à « votre pain est dur à mâcher et plein de trous », ou encore « il fait vraiment froid » à « il fait ben trop chaud, ici! », des « on a même pas eu de citron avec notre eau! » (et je vous réponds: demandez, et vous recevrez! Je ne sers pas de citrons avec l’eau car ça altère parfois beaucoup le vin -rouge…), « les assaisonnements sont parfaits » – « ce n’est pas assez relevé »……. que des contradictions tout le long de la semaine!  Je vais cependant en prendre et en laisser.  Comme la shot des trous dans le pain, tsé.  Mendonné, faut savoir s’arrêter où, là.  Il y a me faire une critique constructive et chialer pour chialer.  Ce que j’ai voulu faire au Chien Rose, c’est mettre beaucoup de chaleur et d’humanité, créer une ambiance amicale autant dans le décor que dans la bouffe, c’est comme si tu allais chez ta mère et qu’elle te faisait un plat avec plein d’amour dedans, avec un petit plus de technique et de savoir.  C’est sûr qu’il y a plein de petits points à arranger un peu partout dans le resto, autant dans le menu que dans la place en tant que telle, mais on s’adapte, c’est mon premier resto.  Oui, je sais que le monde aiment pas ça voir la plonge, je vais mettre un rideau bientôt, mais Papa Jean chef-construction est parti rejoindre ma soeur à Singapour et si je pose la pôle à rideau moi-même, je vais faire ça tout croche et par le fait même, plein de trous et chef-construction ne sera pas content.  Oui, je sais que mes ribs BBQ gingembre piment chipotle avec sauce citronnée et gremolata de coriandre sont épicés, c’est écrit « muy picante » sur le menu pour vous avertir.  C’est parce que je les aime comme ça, moi, ça ajoute un petit côté chaud et fumé, le chipotle.  La sauce yaourt et la coriandre calment le feu tout en étant très goûteux.  C’est la meilleure recette de ribs que j’ai inventée, c’est ben simple, mais faut aimer le piment!  Et oui, je sais qu’il n’y a pas encore de porte-manteaux, j’ai acheté les cintres pis toute, mais on a de la misère à penser à un porte manteau solide (problèmes de montants dans le mur) et comme je disais plus haut, mon père est parti en vacances.  Mais bref, continuez à me dire vos états d’âme, vous avez l’air d’avoir besoin de le dire, alors je vous écoute!  Continuez pareil, je ne suis pas en train de dire que ça me fait chier, au contraire, je vous remercie de vouloir faire en sorte que je sois la meilleure!  (bonhomme sourire que ce site web m’empêche de faire!)

Ce n’est pas pour rien que mes menus sont longs comme le bras, j’aime bien décrire les choses, pour que vous sachiez exactement ce qui vous attend et que vous ne soyez pas déçus.  C’est comme la fois où j’avais commandé une pizza-guetti dans un fast-food un lendemain de brosse et que je m’attendais -et voulais désespérément- à avoir une moitié de pizza et une moitié de spaguetti et que j’ai reçu une pizza avec du spaguetti dessus. Beurk.  Quelle déception.  Et quand on décrit bien les ingrédients on peut mieux choisir son breuvage, aussi!  Eh que c’est le fun.

Alors c’est ça, je m’adapte pis j’aime ben ça.  On va rectifier un peu notre menu, on va faire un menu midi et soir pareil (Erik pis moi, on avait de la mise en place qui nous sortait par les oreilles, c’était un peu trop de travail pour deux simples humains sans pouvoirs magiques) et on va faire un menu qui va de 5$ à 30$ environ, il y en aura pour tous les goûts et toutes les faims.  Mais on garde les ribs, les fish&chip de saumon et le tartare de boeuf-oeuf poché!  Ils sont si bons!

Oh, et en grande première, je suis déjà en train de réfléchir au menu du mois de mars.  Le thème sera la cabane à sucre!!! Avis aux amateurs de sirop d’érable!!!

Mitche

Tagged with: , , , , , ,

  1. Youssef Shoufan
    février 19, 2012at 14:35

    Félicitations pour cette première semaine!

    J’ai déjà hâte aux prochaines chroniques hebdomadaires, mais surtout de venir essayer le resto!

    Bravo 🙂

    p.s. une section «citations de clients» pourrait être intéressante!

    Reply
    • mitche_d
      février 19, 2012at 20:08

      Salut Youssef!
      C’est une bonne idée! Je vais attendre l’approbation de Mitche et j’arrange le tout à mon retour de voyage! 🙂
      Joëlle (sista de Mitche)

      Reply
  2. Stéphanie Lahaie
    février 19, 2012at 14:44

    Après la lecture de ce billet, je remarque qu’il s’en passe des choses en presqu’une semaine d’ouverture! Il faut avoir les reins et l’amour-propre solides pour ne pas se laisser détruire. Par contre, ce qui m’interpelle le plus, c’est le manque de savoir-vivre de certaines gens, leur manque de délicatesse, leur attitude de mal-engueulés. C’est incroyable à quel point les gens peuvent abuser de l’idée que « le client a toujours raison ». Commenter, critiquer est une chose, manquer de jugement et surtout de respect en est une autre et ça n’a rien à voir avec le goût. Les exemples énoncés donnent l’impression qu’il existe de très petites gens au Québec et qu’on ne doit pas les remettre à leur place sous prétexte que toutes les opinions se valent… Je suis heureuse d’apprendre que tu ne te laisses pas marcher sur les pieds en dénonçant leur comportement! Perdre ce type de clientèle n’est pas une abomination: ce qui est malheureux, c’est qu’en bout de ligne, les mauvaises langues diront qu’il se creuse encore un fossé entre la clientèle fréquentant une cuisine plus raffinée (qui dans le fond est peut-être pour eux synonyme de ce qu’ils ne mangeraient jamais si ce ne sont pas des frites, hot-dog et cie) et la masse vulgaire qui se nourrit mal et qui n’a aucune sensibilité culinaire. Il ne devrait pas exister de telles distinctions: je pense que votre passion et votre dévotion guideront tout naturellement les papilles en autant qu’il y ait une fine ouverture, un petit effort, dans l’esprit de celui qui ouvrira votre porte.

    Stéphanie

    Reply
  3. Marie-Pierre Biron
    février 19, 2012at 18:42

    Mon copain et moi avons été mangé chez vous hier. C’était notre St-Valentin «Back to the future style» et nous avons passé une superbe soirée.

    L’accueil chaleureux, la cuisine honnête et sympathique et l’ambiance musicale (Oh! la bonne musique à un volume juste parfait!! -on sous-estime souvent cet aspect-) nous ont définitivement donnés le goût de revenir encore et encore! (Mon copain salive déjà à l’idée d’un menu inspiré de la cabane à sucre)

    Non seulement nous avons passé une soirée agréable, mais nous avons également, ne serait-ce qu’un peu, contribué au succès d’un restaurant d’ici mené par des passionnés. Cette dernière affirmation, je peux la faire grâce à votre grande présence sur les médias sociaux. Cette dernière nous a permis de nous sentir intimement lié à votre projet et a ajouté à l’expérience culinaire.

    Bravo et bonne continuation. Nous visiterons votre charmant restaurant assurément (ne serait-ce que pour vous «rembourser» le verre que mon copain a brisé ;))

    Reply
  4. Florence
    février 19, 2012at 20:20

    Faut en prendre et à laisser comme tu dis Mitche et dans tout ça il y a un aspect education de la clientèle, re: les « Frites pour emporter » me semble qu’il y a un Frites Alors pas loin du resto de toute non façon non? … la plus grosse des récompenses sera de voir de clients se déplacer de très loin pour venir vivre l’expérience du resto, des accros qui seront là quasiment toutes les semaines… un beau happening dans un coin qui ne cesse de croître dans le bon sens. J’ai hâte de revenir avec mon copain la prochaine fois et surtout je n’oublierais pas de réserver 😉

    Reply
  5. Eve
    février 20, 2012at 09:27

    Je comprends tout à fait que ce soit difficile de recevoir tant de critiques à la fois, mais je ferais bien attention à publier autant les commentaires des clients et à « critiquer les critiques » : ça peut devenir un jeu dangereux…

    Reply
    • mitche_d
      février 20, 2012at 09:57

      Ce n’est pas que c’est difficile, au contraire, j’apprécie qu’on vienne commenter ma bouffe, comme ça je peux m’améliorer. C’est que les gens critiquent des affaires du genre mes coupes de vin, la couleur des tables, la porte d’entrée…… d’où ma critique sur les critiques. 😉

      Reply

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *